Débat à l’ONU:Les Sahraouis sont êtres humains. Je suis Sahraoui (Observatorio aragonés para el Sahara Occidental)

oct. 15th, 2013 | By | Category: Nouvelles
Ricardo Sanchez Serra y Mohamed Beissat

Ricardo Sanchez Serra y Mohamed Beissat

Le journaliste Ricardo Sánchez-Serra est intervenu auprès de la Quatrième Commission (Décolonisation) en nom du “Observatorio Aragonés para el Sahara Occidental ». Voici le texte intégral de son intervention et le video.

Pétition auprès de la 68ème session de l’Assemble Général des Nations Unies

Commission Spécial Politique et de Décolonisation (4ª Commission)

New York, le 10 octobre 2013

Honorables medames et messieurs membres du IVème Commission de Décolonisation ,

Je remercie à l’Observatoire aragonais pour le Sahara Occidental, la Municipalité de San Miguel de Lima et son maire Monsieur Salvador Heresi, de me permettre de m’adresser à vous – je viens du Pérou- pour défendre une noble cause, celle du peuple sahraoui. Je vous sollicite afin qu’une fois pour toute on ordonne la rélisation immédiate du référendum qui permettra d’accomplir la libre autodétermination vers l’indépendance mettant fin à l’invasion du territoire –la dernière colonie en Afrique – de la part du Maroc.

Le peuple sahraoui attend sa liberté depuis 37 ans. Ses familles vivent injustement séparées, par le mur militaire marocain de la honte, une partie au territoire occupé, victime de violations quotidiennes des droits de l’homme, et l’autre au territoire libéré et aux camps de réfugiés à Tindouf, dans un desert hostile vivant de la charité et de la solidarité internationale.

Il ne s’agit pas ici de débattre sur des arguments historiques et juridiques de qui a raison, car le Tribunal de la Haye a déjà donné son verdict dans un fameux et historique avis consultatif le 16 octobre 1975, qui souligne qu’il n’existe aucun lien de souveraineté territoriale entre le territoire du Sahara Occidental, d’une part, et par le Royaume du Maroc et le complexe mauritanien d’autre part ; c’est pourquoi il faut appliquer le principe de l’autodétermination à travers l’expression libre et authentique de la volonté de la population du territoire.

De plus, dizaines de résolutions de l’Union Africaine, de l’Assemblée Générale de l’ONU et du Conseil de Sécurité reconaissent au peuple sahraoui son droit à l’autodétermination pour laquelle la Mission des Nations Unies pour le Référendum au Sahara Occidental (MINURSO) a été créée et déployée au territoire depuis 1991 afin d’organiser un référendum. Cependant nous avons passé 22 ans d’attente.

Les sept milliards d’habitants du monde vous observent, Messieurs les membres, pour qu’on mette fin aux souffrances du peuple sahraoui et qu’on évite la disparition de ce grand peuple de la surface de la terre par l’action systématique de génocide de l’Etat occupant devant l’indifférence de beaucoup de pays.

Il suffit de voir les nouvelles ; tous les jours il est commis des violations des droits de l’homme sur le peuple sahraoui de la part de la puissance occupante. Aussi il prétend d’éliminer son patrimoine culturel, matériel et inmatériel : aux territoires occupés on n’enseigne déjà plus l’espagnol, on éduque les enfants avec une histoire inventée officielle marocaine et non sahraouie ; ils sont harcelés s’ils utilisent leur vêtement typique. La puissance occupante procure, de cette manière, la destruction d’un autre patrimoine culturel matériel qui donne des témoignages de l’histoire et de la culture du Sahara Occidental, un territoire non autonome. Par exemple, le monument historique Fort de Villa Cisneros a été rasé. Ils ont essayé de démolir l’église catholique de Dakhla. L’agression arrive à l’extrême qu’aux Sahraouis il a été interdit l’usage de la « khaima », chapiteau simbole de l’identité nationale sahraouie. Et cela, ce n’est pas moi qui le dis, c’est l’experte indépendante des Nations Unies, Farida Shaheed, qui dit qu’elle a été informée, avec préoccupation, de que les Sahraouis ne jouissent jamais, dans la pratique, du droit d’enregistrer leurs enfants sur le registre d’Etat civil sous le nom qu’ils veulent, en particulier, selon la pratique hassaniya d’utiliser des noms composés .

En résumé, nous assistons à un génocide culturel, à des pratiques racistes qui rappellent la politique de discrimination raciste de l’apartheid en Afrique du Sud

Alors que les Nations Unies mettent longtemps à chercher une solution pour l’autodétermination du peuple sahraoui, les richesses de son territoire se voient exploitées par le Maroc, la puissance envahissante : le banc de pêche, la vente du sable, les phosphates, les exploitations agricoles, etc sans aucun bénéfice pour la population soumise, la sahraouie. Plus du 50 pourcent désoeuvrée, alors que les colons marocains obtiennent les emplois.

Honorables Messieurs membres du IVème Commission de Décolonisation, le monde vient d’apprendre avec stupéfaction la découverte de fosses communes de Sahraouis assasinés en 1976 durant l’occupation marocaine, leur histoire officielle mentionnée était  «disparus ». Ce sont des délits de la humanité qui ne prescrivent pas, et nous indignent, une fois de plus, tout ce qui arrive au peuple sahraoui : manque de liberté, détentions et tortures, que heureusement les technologies informatives modernes nous font connaître et qui rompent le silence informatif complice des grands médias.

Il est temps, Medames et Messieurs, de continuer d’insister sur la nécessité de réaliser le référendum d’autodétermination du peuple sahraoui et de demander que la MINURSO soit missionnée sur la défense des droits de l’homme. On devrait même recommender la reconnaissance -aux pays qui ne l’ont pas encore fait- de la République Arabe Sahraouie Démocratique et son acceptation par les Nations Unies, pour qu’il existe une grande égalité, et une équité dans les conditions de négociation pour la dévolution du territoire occupé par le Maroc.

Dans vos mains se trouve l’avenir d’un peuple, qui attend l’autodétermination pour plus de 37 ans, et qui a confiance en vous et en la légalité internationale. Vous êtes leur espérance. Les résolutions de plus en plus énergiques sont nécessaires devant l’inaction internationale. Ne les trompez pas. Il se peut que ce soit la dernière opportunité pour une solution pacifique. C’est connu que le Maroc bloque les négociations aux Nations Unies, s’il continue ainsi, on doit l’obliger à se retirer du territoire occupé au moyen des Casques Bleus.

Comme il est souligné tant par le Secrétaire Général Ban Ki-moon comme par son envoyé personel Christopher Ross, le statu quo est inacceptable. La situation est insupportable. Ou bien, espère-t-on une tuerie du peuple sahraoui, comme ce fut le cas au Rwanda ou en Bosnie, pour que les Nation Unies agissent ?

Les Sahraouis sont êtres humains. Je suis Sahraoui.

    Comments are closed.